Pas fan des instrumentations numériques

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On va me trouver un peu conservateur, mais j’ai du mal avec ces nouveaux tableaux de bord à affichage numérique façon tablette. Je m’interroge notamment sur 2 points :

  • Sur les longs trajets, cet éclairage permanent et le fait de se retrouver à conduire avec un écran en permanence allumé n’est il pas nocif pour les yeux à long terme ? On n’arrête pas de nous dire de faire attention avec les tablettes et smartphones alors…
  • Surtout, quid de la longévité et du coût de remplacement ? A t’on une idée du prix de remplacement d’un écran de ce type et de sa durée de vie. J’ai l’impression qu’on entre de plus en plus dans une époque de voitures qu’on ne pourra plus espérer voir rouler 10 ou 15 ans après… J.B.

Instrumentation à la carte

Commençons par la fin. Nous entrons sans aucun doute dans une époque où le fait de posséder une voiture sera de moins en moins une priorité. Ce qui ne veut pas dire que les modèles actuels sont moins fiables qu’auparavant. C’est vrai pour la mécanique mais aussi pour les équipements de nouvelle technologie comme les combinés d’instruments entièrement digitaux ou les tablettes centrales multimédia. Ces équipements peuvent cependant tomber en panne. Dans ce cas, il est vrai que le coût de la pièce détachée sera beaucoup plus onéreux que celui d’un système analogique ou d’un simple autoradio. Enfin, concernant la gêne occasionnée par le rétro-éclairage, il faut savoir que tous les écrans centraux multimédia peuvent être désactivés et les nouveaux combinés d’instruments présentent, dans la plupart des cas, une fonction affichage minimum, qui limite le nombre d’informations affichées et l’intensité de l’éclairage. Rouler dans ces conditions ne pose pas de problème de fatigue pour les yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *